Oliba et trois musées qui hébergent des trésors de l’art roman


À travers les joyaux architecturaux érigés dans de nombreuses communes et montagnes de Catalogne, l’image que nous avons de l’art roman est le style de pierre nue, dépourvue de couleur. Cependant, les couleurs vives qui ont été perdues dans leurs églises et monastères sont conservées au sein du patrimoine roman que recèlent les musées, qui doit énormément au fameux Oliba, grand promoteur de ce style artistique médiéval en Catalogne.

À l’ombre d’Oliba, laissez-vous impressionner par des couleurs obtenues à l’aide de pigments d’origine naturelle grâce à un patrimoine aujourd’hui très répandu sur tout le territoire et lié à son paysage.

Pour commencer cette route à travers les musées d’art roman, rien de tel que l’ensemble de peintures murales et de tableaux le plus complet et ancien d’Europe, que vous trouverez à Barcelona, au Musée national d’Art de Catalogne (MNAC). Des orfèvreries et sculptures en pierre et en bois viennent compléter une collection qui vous montrera une partie de l’art médiéval, en très bon état de conservation. Vous pourrez y admirer quelques-unes des fameuses peintures issues des églises de Sant Climent et de Santa Maria de Taüll, deux des joyaux les plus précieux de l’art roman des Pyrénées. Les devants d’autels –comme celui d’Avià, qui évoque la liturgie médiévale un peu comme dans les bandes dessinées modernes, ainsi que ceux d’Esquius et de La Seu d'Urgell–, les chapiteaux, les baldaquins et les peintures d’autels du monastère bénédictin de Sant Serni de Tavèrnoles sont quelques-uns des principaux trésors de l’art roman conservés au MNAC.

L’empreinte d’Oliba est encore plus marquée au Musée épiscopal de Vic qui, sans l’action du personnage, n’existerait probablement pas. Il héberge entre autres les reliefs et chapiteaux de la cathédrale romane de Vic, consacrée en 1038 par l’évêque Oliba. La Cathédrale est un bâtiment très représentatif de l’architecture romane initiale, enrichie plus tard (XIIe siècle) par l’ « Atelier de Vic-Ripoll », qui a également réalisé le portail du Monastère de Ripoll. Le portail de l’église de Sant Vicenç de Malla, le devant de l’autel de Sant Martí de Puigbò et la descente d’Erill la Vall sont d’autres témoignages importants de l’art roman présents au musée. Sans oublier l’Espace Oliba, qui permet de parcourir la vie de l’évêque et abbé de manière virtuelle. 

Enfin, le Musée diocésain et régional de Solsona conserve un important héritage de peintures murales provenant des églises romanes de la région du Berguedà. Vous pourrez y apprécier plusieurs ensembles de peinture murale préromane et romane de l’église de Sant Quirze de Pedret, à Cercs, retrouvés empilés les uns sur les autres. Les deux fragments préromans, l’Orant et le Chevalier, étaient situés de part et d’autre de la fenêtre de l’abside centrale, sous la peinture des vingt-quatre anciens de l’Apocalypse. Les peintures de l'abside de Sant Vicenç de Rus, la lipsanothèque dotée d’un coffre prismatique et d’une cavité creusée provenant de Sant Martí de Puig-reig et les flancs de l’autel de l’église de Sant Andreu de Sagàs viennent renforcer la richesse du patrimoine roman du musée.


Plus d'information :